Étendre l’offre d’activités de loisirs

Nous étendrons l’offre de loisirs et éliminerons les seuils qui font en sorte que les enfants ne trouvent pas ces offres de loisirs : 
•    Abordable : les frais d’inscription - si faibles soient-ils - restent un facteur important pour les parents pour inscrire ou non leurs enfants. Les tracas administratifs liés à la demande d'un tarif social font peur également. Par ailleurs, différents pouvoirs publics utilisent différents tarifs sociaux. Nous avons besoin d’un tarif social uniforme pour toutes les activités de loisirs bruxelloises, octroyé de manière simple et non stigmatisante.
•    Accessibilité : pour les parents ayant plusieurs enfants, il n’est pas réalisable d’emmener un enfant à un endroit pour une heure uniquement, et l’autre à l’opposé de la ville. C’est pourquoi les activités qui durent plus longtemps et ont lieu proche du domicile ou du site de l’école, sont plus attractives. Nous devons faire de toutes les écoles bruxelloises des « Brede scholen ». 
•    Compréhensible : avec une brochure au lay-out ou un site Internet à la mode, on touche plus difficilement les parents pauvres. Ils ont des tonnes de questions sur la nature de l’activité, l’encadrement, le lieu, ce que l’on attend d’eux. Il faut une interprétation détaillée, plus claire. Par ailleurs, il est important de mettre en avant les bénéfices d’apprentissage de chaque activité, car les parents ont souvent une préférence pour les activités « utiles ».
•    Nous devons surtout étendre l’offre d’activités ouvertes, comme première étape vers l'offre de loisirs régulière : il s’agit d’activités qui ne nécessitent aucune forme d’inscription préalable, aucun uniforme, aucun coût ou engagement.